L'histoire du club

C'est en 1918, juste après la fin de la première guerre mondiale, que naît l'association destinée aux jeunes, d'où son nom, et dont le but, tel qu'il figure dans les statuts déposés en 1920, est le développement physique de la jeunesse, dans un climat de bonne camaraderie. La préparation militaire figure aussi au menu ! D'abord situé à Coutainville-plage à « la Maison bleue », le siège social s'établit dès 1921 à la mairie d'Agon qui s’investit dans son développement. La municipalité accorde cette même année la jouissance gratuite d'une portion du marais pour y établir des jeux et une piste en vue de l'éducation physique. Du coup la Jeune France devient un club multisports qui, outre l’athlétisme et la gymnastique, comprend également d'autres sections, notamment le football et le tennis. Le premier président est le Docteur Marquez qui le reste jusqu'en 1935, année de son décès et qui donnera son nom à l'ensemble sportif situé dans le cœur de l'hippodrome. Dès son origine, la Jeune France a pour cible un large public et, sans concurrence avec l'autre club déjà existant, le TCC, accueille toutes les classes de la société, y compris scolaires et colonies de vacances, parfois gratuitement grâce au donateur M. Le Roux.

En 1937, le club compte environ 500 membres et dispose d'un lieu d'accueil, de vestiaires et de quatre courts de tennis. C'est en 1939 que le club adhère pour la première fois à la FFT, la pratique du tennis devenant alors son activité principale.

Pendant la deuxième guerre mondiale, où le club tombe dans un sommeil obligé, les installations sont détériorées par l'occupation allemande mais dès sa fin, les membres dirigeants veillent à la remise en état du club.

En 1955, Georges Leneveu prend la présidence du club et la conserve pendant 22 ans. Il contribue avec son équipe à un essor sans précédent de l'association, avec un humanisme remarquable. En 1969, le chalet est inauguré et le premier tournoi open est organisé cette année-là. Dans la foulée, l’école du tennis est créée en 1972 et trois nouveaux courts seront inaugurés en 1973. Le club compte jusqu'à 869 adhérents en 1979 et il faut faire la queue pour jouer! Deux nouveaux courts viendront s'adjoindre aux installations existantes. Et dans les années 80, on parle déjà d'un besoin de courts couverts, mais la trésorerie de l'époque ne permet pas cet investissement. Même si la tendance de l'époque voit la pratique du tennis en régression à partir de la fin des années 80, les présidents qui se succèdent et notamment Christian Girard s'inscrivent dans le concept de dynamisme et d'ouverture qui sont les spécificités de la Jeune France. Plus récemment, Anne-Marie Bossavy perpétue cette tradition d’accueil convivial. Avec le président actuel Claude Eustache, dans un contexte régional atypique où les adhérents de tous âges sont en progression, c'est un tout nouveau programme d'investissements avec d'une part la rénovation des courts extérieurs effectuée en 2010 dont trois désormais recouverts de gazon synthétique, et d’autre part l’obtention et la supervision d'un chantier marathon de deux courts couverts sous bulle, en cours de finition. Cela permettra enfin de planifier toutes les compétitions en dehors des tracasseries météorologiques et de multiplier les créneaux horaires pour les adhérents en toute saison. Nul doute que les bulles, nous les attendons tous pour fêter ça !

C'est donc bien grâce à la volonté des membres dirigeants et à l'action des bénévoles depuis son origine qui, sans pouvoir tous les citer, doivent être chaleureusement remerciés, que la Jeune France est devenue ce qu'elle est après 95 printemps.